Un accord à gauche est indispensable

16 février 2017

Les conditions politiques ont changé, il serait temps de ne pas reproduire à gauche les vieilles habitudes du siècle passé.

Un. Il y a maintenant trois forces sensiblement égales sur l'échiquier politique français.

Deux. La droite est en difficulté. Macron est un obpni (objet politique non identifié et probablement durablement non identifiable). La gauche est divisé historiquement.

Trois. La France est en Europe !

Et la gauche vit la situation comme si nous étions au siècle où elle était de toute façon représentée au second tour des élections. On disait alors : au premier tour on choisit, au second on élimine. Maintenant c'est au premier tour qu'on élimine.

 

Dans ces conditions il y a une évidence : la multiplication des candidats à gauche est le plus sûr moyen d'avoir un second tour sans la gauche. Point.

 

Et il y a multiplication des candidatures : Hamon, Mélenchon , Jadot, Poutou, Arthaud.

 

Dans ces conditions le second tour est entre la droite et l’extrême droite. C'est une évidence. Encore faut-il l'avoir en tête.

 

Il y a donc urgence à ce que se construise une entente entre ces candidats. Hamon la propose depuis son investiture. Jadot accepte de discuter. Mélenchon refuse tout accord. Sur le fond il estime que les deux gauches sont irréconciliables.

 

Question de stratégie donc. Hamon veut participer du second tour et éventuellement être élu, et pour cela il souhaite un compromis. Mélenchon veut bien du pouvoir mais pour lui seul. Personne, si ce n'est quelques illuminés, ne considère cette perspective comme ayant une once de crédibilité.

 

Mélenchon est aujourd'hui le diviseur. Diviser la gauche c'est avoir la volonté de la faire échouer.

 

Face à l'évolution des rapports de force nationaux et internationaux en faveur des thèses économiques et sociales réactionnaires, il est indispensable de faire front de l'ensemble de la gauche avec ses divergences. Refuser ou même hésiter à s'engager dans cette voie, c'est faire le jeu de la droite et de l’extrême droite. Mélenchon est suffisamment intelligent pour le savoir, son objectif premier est la destruction du Parti socialiste.

 

Mélenchon reproduit aujourd'hui la stratégie politique du PC allemand en 1920 dirigé par Ernst Thälmann. Face à la montée du nazisme celui-ci avait comme ennemi principal la social-démocratie allemande... Plein succès sur son objectif de destruction du SPD, mais aussi du KPD, de l'ensemble des organisations ouvrières, terreur nazi et fasciste sur l'Allemagne et l'Europe...

 

La pression doit être maximale pour qu'une discussion s'engage entre forces de gauche. Une première tâche est de signer la pétition qui la demande :

https://www.change.org/p/pour-une-coalition-entre-beno%C3%AEt-hamon-jean-luc-m%C3%A9lenchon-et-yannick-jadot

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now