La bataille pour la présidentielle commence

30 janvier 2017

C'est un premier succès enregistré hier soir pour la gauche avec la victoire de Benoît Hamon à la primaire de la gauche.

Maintenant la bataille commence pour la présidentielle. Elle ne sera pas simple, mais l'échec n'est pas assuré. Les embuches seront nombreuses et il faudra les surmonter. J'y participerai à la mesure de mes moyens.

De toute façon un grand pas vers la refondation de la gauche a été franchi et c'est déjà une victoire contre la perspective de sa disparition présente dans les esprits il y a quelques mois.

Une pensée pour le grand perdant de cette soirée : Jean-Luc Mélenchon. Il n'a pas ménagé ses efforts pour que cette primaire soit un échec et que Benoît Hamon perde. Il se retrouve aujourd'hui confronté à une candidature de gauche crédible et jeune, sur un programme proche du sien, mais, à l'inverse de sa stratégie, avec une proposition d'unité. Benoît Hamon a fait appel dès hier soir à Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot pour discuter de la nécessaire unité.

Jean-Luc Mélenchon apparaît encore plus que la semaine dernière pour un diviseur. A l'heure de la montée de la droite et de l’extrême droite, il a choisit de faire échouer la gauche. Il reproduit aujourd'hui en France, la même posture que le leader du PC allemand en 1920, Ernst Thälmann. Ce dernier avait comme ennemi principal la sociale démocratie qu'il s'agissait d'abattre. La voie de la victoire du nazisme fut ainsi ouverte.

Du coté des socialistes qui se disent "de gouvernement", certains sont mauvais joueurs. Tout était bien pour eux lorsqu'ils étaient hégémoniques, minoritaires ils font allégeance à Emmanuel Macron alors même que son programme annoncé comme libérale n'est pas connu !

L'espoir à gauche revient. J'essaierai de contribuer à son succès.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now